Couperin https://www.couperin.org/ Mon, 18 Jun 2018 07:50:00 GMTFeedCreator 1.8.0-dev (info@mypapit.net) Couperin.org fournit les premières données APC pour la France http://www.couperin.org/breves/1339-couperin-org-fournit-les-premieres-donnees-apc-pour-la-france Le consortium Couperin a lancé, en 2017, une enquête sur la pratique des APC (Article Processing Charges) dans plusieurs universités et organismes de recherche français. Ce recueil d'informations a pour but d’obtenir une première idée de l’impact global de ces dépenses sur les budgets des établissements et, in fine, d'obtenir une baisse du prix des abonnements auprès des éditeurs. De plus, la transparence des données et des prix des APC permet des comparaisons transfrontalières et doit contribuer à la modération tarifaire des éditeurs.

Depuis le 8 juin 2018, une première série de données, provenant de 10 institutions, est publiée sur le site d'OpenAPC. D’autres suivront bientôt. L'ensemble de données initial couvre les frais de publication pour 695 articles publiés en 2015. Les dépenses totales s'élèvent à 1 173 258 € auprès de 55 fournisseurs et la redevance moyenne à 1 688 €.

Ces premières données ont été fournies par les institutions suivantes :

  • Aix-Marseille Université
  • Université de Bourgogne
  • Hospices Civils de Lyon
  • Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA)
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)
  • Université Lille 1
  • Université Lille 2
  • Université de Rennes 1
  • Université de Toulon
  • Université Pierre et Marie Curie (Paris VI)

Retrouvez l'ensemble de ces premières informations ici : https://treemaps.intact-project.org/apcdata/openapc/#institution/period=2015

]]>
Mon, 11 Jun 2018 14:16:49 GMThttp://www.couperin.org/breves/1339-couperin-org-fournit-les-premieres-donnees-apc-pour-la-france
La suède se mobilise pour le libre accès et rompt ses accords avec Elsevier. http://www.couperin.org/breves/1338-la-suede-se-mobilise-pour-le-libre-acces-et-rompt-ses-accords-avec-elsevier Le consortium Bibsam* a décidé de ne pas renouveler, ce 30 juin, les accords en place depuis 20 ans avec le groupe éditorial scientifique Elsevier. Cette mesure est conforme à l’objectif fixé par le gouvernement suédois d’un accès libre, gratuit et immédiat généralisé d’ici 2026. Elle vient renforcer le mouvement international pour une mise en œuvre concrète du libre accès.

Les exigences du Consortium suédois sont

  • - Accès immédiat et libre et gratuit à tous les articles publiés dans les revues Elsevier par les chercheurs affiliés aux organisations participantes.
  • - Accès en lecture à tous les articles des 1 900 revues d'Elsevier pour les organisations participantes .
  • - Un modèle tarifaire durable permettant une transition vers le libre accès.

La présidente de l'université de Stockholm, Astrid Söderbergh Widding, également présidente de Bibsam et responsable de l'équipe de négociation, souligne l’importance de prendre en compte les coûts totaux de la publication, qu’ils soient de lecture ou d’édition. Cette action s’inscrit dans la continuité d’une volonté de mettre un terme à l’inflation généralisée des coûts non justifiés. Ceux-ci génèrent des marges de profits élevées pour les éditeurs au détriment des activités de recherche.

« Le système actuel de communication savante doit changer et notre seule option est de mettre fin aux contrats lorsqu'ils ne répondent pas à nos exigences en matière de transition durable vers le libre accès » conclut-elle.

* Bibsam est le consortium national pour la Suède, il rassemble 79 membres actifs : Organismes de recherche gouvernementaux, universités et collèges universitaires.

 

Via : https://www.mynewsdesk.com/se/kungliga_biblioteket/pressreleases/sweden-stands-up-for-open-access-cancels-agreement-with-elsevier-2508242

]]>
Wed, 16 May 2018 12:39:13 GMThttp://www.couperin.org/breves/1338-la-suede-se-mobilise-pour-le-libre-acces-et-rompt-ses-accords-avec-elsevier
Congrès ICOLC Prague automne 2017 http://www.couperin.org/185-couperin/presentation3/notre-organisation/nos-cooperations-nationales-et-internationales/icolc/1336-congres-icolc-prague-automne-2017

Réunie à Prague en octobre 2017, la conférence ICOLC Europe a rassemblé une centaine de représentants de consortia du monde entier.

Trois interventions y a été faites :

  • bilan des négociations 2016, Sandrine Malotaux
  • Projections pour les "offsets deals" dans les pays du consortium SELL, Sandrine Malotaux
  • ezPAARSE, Thomas Porquet

Programme : http://icolc.net/meeting/319

]]> Wed, 02 May 2018 09:36:58 GMThttp://www.couperin.org/185-couperin/presentation3/notre-organisation/nos-cooperations-nationales-et-internationales/icolc/1336-congres-icolc-prague-automne-2017Congrès ICOLC Amsterdam automne 2016 http://www.couperin.org/185-couperin/presentation3/notre-organisation/nos-cooperations-nationales-et-internationales/icolc/1335-congres-icolc-amsterdam-automne-2016 Réunie à Amsterdam en octobre 2016, la conférence ICOLC Europe a rassemblé une centaine de représentants de consortia du monde entier.

Programme : http://icolc.net/meeting/308

]]>
Wed, 02 May 2018 09:31:19 GMThttp://www.couperin.org/185-couperin/presentation3/notre-organisation/nos-cooperations-nationales-et-internationales/icolc/1335-congres-icolc-amsterdam-automne-2016
OpenAIRE-Advance http://www.couperin.org/125-couperin/nos-activites/services-et-prospective/open-access/open-aire8/1334-openaire-advance

Couperin, avec 50 autres institutions de toute l’Europe, est partenaire du projet européen OpenAIRE depuis sa création en 2008. OpenAIRE moissonne les archives des différents pays et les rend disponible sur une plateforme dédiée.

Couperin joue, depuis l’origine, un rôle de dissémination et de promotion du projet et de l’Open Access en France et accompagne l’obligation de dépôt des résultats issus de la recherche financée par la Commission Européenne, en contactant directement les responsables de projets et les personnes en charge des archives OA.

A partir du 1er janvier 2018, OpenAIRE entre dans une nouvelle phase avec le démarrage du projet OpenAIRE-Advance. Ce projet s'étalera jusqu'à 2021.

OpenAIRE-Advance travaillera à faire de la science ouverte la solution par défaut en Europe, en remodelant le système de communication scientifique vers l'ouverture et la transparence en tant que pilier de l'European Open Science Cloud (EOSC).

OpenAIRE travaillera autour des axes suivants :

1. Consolider et optimiser les services : le portefeuille de services dédiés à la science ouverte d'OpenAIRE sera amélioré pour répondre aux besoins des utilisateurs finaux. Grâce à un ensemble de tableaux de bord qui ciblent toutes les parties prenantes impliquées dans la chaîne de recherche, OpenAIRE connectera de manière transparente toutes les données sur la  recherche, créant ainsi l'Observatoire européen des sciences ouvertes.

2. Renforcer l'Open Science Helpdesk paneuropéen : les 34 National Open Access Desks (NOADs) colonne vertébrale d'OpenAIRE, seront appelés à accroître leur présence nationale et à développer leurs capacités au niveau local afin de devenir un élément central de la science ouverte dans les contextes nationaux.

3. Renforcer l'utilisation de la science ouverte par la communauté de recherche : en travaillant avec trois nœuds nationaux d'infrastructure de recherche (Elixir-GR, EPOS-IT, DARIAH-DE) OpenAIRE jettera des ponts vers des communautés clés via une approche science-ouverte-comme-un-service.

4. Promouvoir les changements émergents dans le paysage de la communication scientifique : en s'appuyant sur les archives ouvertes comme fondement d'une infrastructure scientifique ouverte et distribuée à l'échelle mondiale, OpenAIRE soutiendra le développement des archives ouvertes de prochaine génération avec de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles technologies.

5. Construire un réseau scientifique mondial ouvert : en travaillant avec des partenaires du monde entier (Amérique Latine, Japon, États-Unis, Canada, Afrique) OpenAIRE vise à aligner les politiques, pratiques et services pour un véritable bien scientifique commun mondial interopérable.

6. Sensibilisation au-delà des chercheurs : ouverte à un réseau de 10 000 établissements d’enseignement, OpenAIRE jettera les bases pour que les scientifiques citoyens tirent profit des avantages de la science ouverte et lancera un programme d'Open Innovation pour rapprocher OpenAIRE de l'industrie.

7. Collaborer avec le Hub EOSC pour une mise en œuvre concrète de l'EOSC : OpenAIRE-Advance travaillera avec le projet EOSC Hub pour créer un ensemble de services interopérables et intégrés afin de répondre aux besoins du chercheur de demain dans le contexte de l'EOSC.

En définitive, les chercheurs de l’UE et la société dans son ensemble profiteront du travail d'OpenAIRE-Advance, puisque ce projet vise à accompagner la culture évolutive de la science ouverte grâce à des services pour mener des recherches et diffuser leurs résultats de manière plus transparente et efficace.

Couperin s’est positionné sur les tâches 3 et 4 : "NOADs Network Operation" et "Open Access Helpdesk: Support and Training".

Le détail des tâches à réaliser (work package) est disponible ici : https://www.openaire.eu/advance-wps-tasks

N’hésitez pas à contacter André Dazy pour plus d’informations : andre.dazy[@]couperin.org

 

]]> Wed, 02 May 2018 13:35:05 GMThttp://www.couperin.org/125-couperin/nos-activites/services-et-prospective/open-access/open-aire8/1334-openaire-advanceCouperin ne renouvelle pas l’accord national passé avec Springer http://www.couperin.org/breves/1333-couperin-ne-renouvelle-pas-l-accord-national-passe-avec-springer

COMMUNIQUE DE PRESSE

En 2018, Les chercheurs français ne liront plus les revues SpringerNature :

le consortium Couperin.org ne renouvelle pas l’accord national passé avec cet éditeur

 

Les chercheurs des organismes de recherche et universités de France ne seront plus abonnés en 2018 aux revues Springer. Les accès jusque-là maintenus seront coupés le 1er avril, selon les déclarations de l’éditeur.

Cette situation intervient après 13 mois d’une négociation acharnée avec SpringerNature, menée par le consortium national Couperin.org. Couperin.org représente plus de 250 établissements d’enseignement supérieur, de recherche et de santé : universités, écoles, organismes de recherche dont le CNRS, hôpitaux comme les Hospices Civils de Lyon.

Les négociations ont abouti à une impasse, conséquence de la divergence d’approche économique entre l’éditeur et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

La recherche académique française a mandaté le consortium pour obtenir une diminution du prix du contrat d’abonnement. Cette exigence s’appuie sur une analyse qualitative de la collection Springer et de son usage.

Le développement au niveau international du mode de publication en open access (libre-accès) « auteur-payeur » conduit à une augmentation sensible des contenus publiés en open access dans les revues diffusées sous abonnement payant par SpringerNature. Selon l’étude menée par le consortium Couperin.org, les articles en open access représentent 8% du contenu des revues sous abonnement Springer en 2017 ; ils ne représentaient que 3% des contenus en 2014.

Qu’est-ce que le mode auteur-payeur ?

L’auteur paie à l’éditeur des frais de publication (APC, article processing charges) afin que son article soit publié en open access dans des revues « hybrides » ; une revue hybride publie à la fois des contenus en libre-accès et des contenus sous abonnement, d’où la nécessité de maintenir les abonnements. Paradoxalement, le coût des abonnements augmente malgré l’augmentation de la part des articles accessibles gratuitement. La dépense des établissements augmente deux fois, d’un côté pour payer les frais de publication open access dans des revues sous abonnement payant, et de l’autre pour maintenir l’abonnement à ces mêmes revues, afin d’accéder aux articles accessibles uniquement sous abonnement

 

L’augmentation continue de la part des articles publiés en open access rend difficilement soutenable le maintien d’une politique d’augmentation des coûts d’abonnement. Elle justifie, au contraire, la demande portée par Couperin.org d’une réduction de prix.

L’éditeur justifie sa politique d’augmentation des coûts d’abonnement par l’augmentation du nombre des articles publiés dans ses 1185 revues, estimée à 3% par an. L’éditeur démontre une conception purement quantitative de son produit, considéré comme un ensemble d’articles toujours croissant, quelle que soit par ailleurs leur qualité.

Dans le même temps, l’usage des revues Springer est en diminution et se concentre sur un tiers de la collection : ce phénomène est paradoxal puisque le nombre d’articles disponibles va croissant, il peut légitimement interroger sur l’évolution de la qualité des contenus publiés. Il confirme l’opinion largement exprimée par les chercheurs sur les dangers liés à l’augmentation continue du nombre de revues et d’articles publiés. Cette augmentation du volume des publications scientifiques aurait pour corollaire un appauvrissement général de la qualité des contenus, dénoncent régulièrement les scientifiques.

Après 13 mois de négociation, la proposition faite par SpringerNature comporte toujours une augmentation tarifaire, certes très limitée, mais qui place le tarif proposé bien loin des attentes de la communauté des chercheurs.

Les coûts toujours croissants de l’information scientifique captent une partie désormais trop importante des budgets des établissements, part qui ne peut être consacrée au financement des activités de recherche ni employée à soutenir la diversité éditoriale. Cette situation représente une menace pour la recherche, alors que les chercheurs sont les producteurs de cette information qu’ils fournissent gratuitement aux éditeurs, et dont ils assurent, toujours gratuitement, l’évaluation et la gestion éditoriale.

L’absence d’accord entre SpringerNature et le consortium Couperin.org représente pour l’éditeur un manque à gagner de plus de 5M € par an ; l’inaccessibilité des revues Springer dans les unités de recherche françaises aura sur ces revues un impact négatif en terme de citations et de soumissions d’articles.

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ne sont plus disposés à voir croître indéfiniment leur dépense d’abonnements ; le développement des contenus disponibles en open access, l'existence de moyens alternatifs d'accès à l'information rendent de moins en moins forte la dépendance des chercheurs et diminuent leur "willingness to pay", leur consentement à payer des sommes toujours plus astronomiques pour accéder à l'information qu'ils produisent et valident au profit des éditeurs.

Le développement de l’open access, incontestable avenir de la communication scientifique, ne doit en aucune manière accompagner ou justifier la poursuite de la dérive des coûts.

Contact :

Sandrine Malotaux

Chef du Département des négociations documentaires

Consortium Couperin.org

Toulouse INP

+33 5 34 32 31 15

Sandrine.malotaux@inp-toulouse.fr

Communiqué de Presse (Fr)

Press Release (En)

]]> Tue, 03 Apr 2018 13:57:46 GMThttp://www.couperin.org/breves/1333-couperin-ne-renouvelle-pas-l-accord-national-passe-avec-springerRenforcer la science ouverte : coup d'envoi du projet OpenAIRE-Advance, un des piliers de l'European Open Science Cloud http://www.couperin.org/breves/1328-renforcer-la-science-ouverte-coup-d-envoi-du-projet-openaire-advance-un-des-piliers-de-l-european-open-science-cloud Couperin, avec 50 autres institutions de toute l’Europe, est partenaire du projet européen OpenAIRE depuis sa création en 2008. OpenAIRE moissonne les archives des différents pays et les rend disponible sur une plateforme dédiée.

Couperin joue, depuis l’origine, un rôle de dissémination et de promotion du projet et de l’Open Access en France et accompagne l’obligation de dépôt des résultats issus de la recherche financée par la Commission Européenne, en contactant directement les responsables de projets et les personnes en charge des archives OA.

A partir du 1er janvier 2018, OpenAIRE entre dans une nouvelle phase avec le démarrage du projet OpenAIRE-Advance.

OpenAIRE-Advance travaillera à faire de la science ouverte la solution par défaut en Europe, en remodelant le système de communication scientifique vers l'ouverture et la transparence en tant que pilier de l'European Open Science Cloud (EOSC).

OpenAIRE travaillera autour des axes suivants :

1. Consolider et optimiser les services : le portefeuille de services dédiés à la science ouverte d'OpenAIRE sera amélioré pour répondre aux besoins des utilisateurs finaux. Grâce à un ensemble de tableaux de bord qui ciblent toutes les parties prenantes impliquées dans la chaîne de recherche, OpenAIRE connectera de manière transparente toutes les données sur la  recherche, créant ainsi l'Observatoire européen des sciences ouvertes.

2. Renforcer l'Open Science Helpdesk paneuropéen : les 34 National Open Access Desks (NOADs) colonne vertébrale d'OpenAIRE, seront appelés à accroître leur présence nationale et à développer leurs capacités au niveau local afin de devenir un élément central de la science ouverte dans les contextes nationaux.

3. Renforcer l'utilisation de la science ouverte par la communauté de recherche : en travaillant avec trois nœuds nationaux d'infrastructure de recherche (Elixir-GR, EPOS-IT, DARIAH-DE) OpenAIRE jettera des ponts vers des communautés clés via une approche science-ouverte-comme-un-service.

4. Promouvoir les changements émergents dans le paysage de la communication scientifique : en s'appuyant sur les archives ouvertes comme fondement d'une infrastructure scientifique ouverte et distribuée à l'échelle mondiale, OpenAIRE soutiendra le développement des archives ouvertes de prochaine génération avec de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles technologies.

5. Construire un réseau scientifique mondial ouvert : en travaillant avec des partenaires du monde entier (Amérique Latine, Japon, États-Unis, Canada, Afrique) OpenAIRE vise à aligner les politiques, pratiques et services pour un véritable bien scientifique commun mondial interopérable.

6. Sensibilisation au-delà des chercheurs : ouverte à un réseau de 10 000 établissements d’enseignement, OpenAIRE jettera les bases pour que les scientifiques citoyens tirent profit des avantages de la science ouverte et lancera un programme d'Open Innovation pour rapprocher OpenAIRE de l'industrie.

7. Collaborer avec le Hub EOSC pour une mise en œuvre concrète de l'EOSC : OpenAIRE-Advance travaillera avec le projet EOSC Hub pour créer un ensemble de services interopérables et intégrés afin de répondre aux besoins du chercheur de demain dans le contexte de l'EOSC.

En définitive, les chercheurs de l’UE et la société dans son ensemble profiteront du travail d'OpenAIRE-Advance, puisque ce projet vise à accompagner la culture évolutive de la science ouverte grâce à des services pour mener des recherches et diffuser leurs résultats de manière plus transparente et efficace.

Couperin s’est positionné sur les tâches 3 et 4 : "NOADs Network Operation" et "Open Access Helpdesk: Support and Training".

Le détail des tâches à réaliser (work package) est disponible ici : https://www.openaire.eu/advance-wps-tasks

N’hésitez pas à contacter André Dazy pour plus d’informations : andre.dazy[@]couperin.org

]]>
Mon, 29 Jan 2018 17:00:38 GMThttp://www.couperin.org/breves/1328-renforcer-la-science-ouverte-coup-d-envoi-du-projet-openaire-advance-un-des-piliers-de-l-european-open-science-cloud
Journées science ouverte 2018 : les vidéos, les présentations et les posters sont en ligne http://www.couperin.org/breves/1327-journees-science-ouverte-2018-les-videos-les-presentations-et-les-posters-sont-en-ligne Journées science ouverte 2018 : les vidéos, les présentations et les posters sont en ligne ici :

https://jso2018.sciencesconf.org/

N'hésitez pas à les diffuser autour de vous.

]]>
Fri, 26 Jan 2018 11:40:59 GMThttp://www.couperin.org/breves/1327-journees-science-ouverte-2018-les-videos-les-presentations-et-les-posters-sont-en-ligne
Journées science ouverte 22 23 24 janvier 2018 : les inscriptions sont ouvertes http://www.couperin.org/breves/1326-journees-science-ouverte-22-23-24-janvier-2018-les-inscriptions-sont-ouvertes JOURNEES SCIENCE OUVERTE 22  23  24 JANVIER 2018 A PARIS

Trois ans après les journées d’octobre 2015 qui ont vu Madame Axelle Lemaire, Secrétaire d'État chargée du Numérique et de l'Innovation, présenter la loi pour une République numérique, ces journées auront cet objectif : étudier l’opportunité de nouvelles voies soutenables pour la publication en Open Access : OA2020, projet DEAL allemand, soutien à la bibliodiversité, changement du système d'évaluation des chercheurs, entre autres.

Les inscriptions sont ouvertes ici : https://jso2018.sciencesconf.org/

]]>
Fri, 15 Dec 2017 16:13:14 GMThttp://www.couperin.org/breves/1326-journees-science-ouverte-22-23-24-janvier-2018-les-inscriptions-sont-ouvertes
Réunion sur la TVA applicable aux publications numériques http://www.couperin.org/breves/1325-reunion-sur-la-tva-applicable-aux-publications-numeriques àl'occasion des Journées des négociateurs des 4 et 5 décembre 2017 une après midi à été consacrée à la question de la TVA applicable aux

Si certains éditeurs, notamment de e-books, appliquent dans la plupart des cas le taux approprié, il n’en est pas de même en ce qui concerne les périodiques.

L’objectif de cette rencontre était double :   
- disposer d’éléments pour mieux comprendre le régime de TVA applicable à nos acquisitions, dans la perspective de pouvoir demander à nos fournisseurs, sur des bases étayées, d'appliquer le taux approprié.
-   pour les produits étrangers, mieux connaitre l’évolution des règles relatives au numérique (TVA du pays consommateur, établissements assujettis, non assujettis, mixtes) afin de réduire les risques pour les établissements d’une méconnaissance ou mauvaise application des nouvelles règles en vigueur

Dans cette perspective, Couperin.org a fait appel à l’expertise de M° Courdec de Béchade, du département TVA, Cabinet FIDAL, qui a présenté les conclusions d’une étude sur le sujet. Cette rencontre, à laquelle ont participé des représentants des associations professionnelles des DGS des universités (ADGS), des agents comptables des universités (AACU), des directeurs de bibliothèques (ADBU), ainsi que du réseau CAREL a été l’occasion de riches échanges.

Il est apparu clairement qu’en dépit de la condamnation (sans sanction) de la France étendant au téléchargement le taux de TVA réduit pour le livre numérique, fournisseurs comme clients sont tenus de respecter les dispositions en vigueur du Code général des Impôts (CGI). Un petit guide va être proposé aux établissements pour identifier les factures qui n’obéissent pas aux règles en vigueur ainsi qu’un courrier-type. Une typologie des ressources en fonction de leurs caractéristiques sera également proposée

]]>
Wed, 06 Dec 2017 09:41:15 GMThttp://www.couperin.org/breves/1325-reunion-sur-la-tva-applicable-aux-publications-numeriques
Les Echos Etudes http://www.couperin.org/194-couperin/nos-activites/negociations/liste-des-negociations/1320-les-echos-etudes  

SEG

Read more...

]]>
Tue, 07 Nov 2017 11:38:32 GMThttp://www.couperin.org/194-couperin/nos-activites/negociations/liste-des-negociations/1320-les-echos-etudes
La version 5 du guide de bonnes pratiques COUNTER est en ligne ! http://www.couperin.org/breves/1319-la-version-5-du-guide-de-bonnes-pratiques-counter-est-en-ligne Vous en trouverez ici le texte complet.

Read more...

]]>
Tue, 24 Oct 2017 14:00:45 GMThttp://www.couperin.org/breves/1319-la-version-5-du-guide-de-bonnes-pratiques-counter-est-en-ligne
Couperin, les associations des professionnels de l'IST, les conférences et de nombreux établissements de l'ESR soutiennent les mises en garde de SPARC sur la réforme de la directive sur le droit d'auteur dans le ... http://www.couperin.org/breves/1318-couperin-les-associations-des-professionnels-de-l-ist-les-conferences-et-de-nombreux-etablissements-de-l-esr-soutiennent-les-mises-en-garde-de-sparc-sur-la-reforme-de-la-directive-sur-le-droit-d-auteur-dans-le-marche-numerique Couperin, les associations des professionnels de l'IST, les conférences et de nombreux établissements de l'ESR soutiennent les mises en garde de SPARC sur la réforme de la directive sur le droit d'auteur dans le marché numérique
 
Dans une lettre ouverte aux membres de la Commission des affaires juridiques du Parlement européen, l’association SPARC Europe et les principales associations européennes du domaine de l’enseignement et de la recherche mettent en garde contre les risques de dérives de la directive « Copyright ». Elles souhaitent un engagement ferme de l’Union en faveur de l’Open Science et de l’Open Access.
 
Le consortium Couperin.org, la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (CDEFI), l’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), l’association des responsables IST des organismes de recherche (EPRIST), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA), l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR), le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), l’Institut national d’études démographiques (INED) et l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) s’associent pleinement à cette démarche.

Le communiqué commun, Réforme de la Directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique : nous partageons et soutenons les mises en garde des principales associations européennes de l’enseignement et de la recherche, marque la volonté des signataires de voir la nouvelle directive sur le droit d'auteur s'inscrire dans une orientation permettant aux communautés de l'enseignement supérieur et de la recherche d'accomplir pleinement leur mission de recherche et d'enseignement, en développant pleinement les potentialités du numérique, en s'orientant résolument vers l'Open Science, au sein d'un cadre juridique équilibré, sans régression ni entrave au-delà de ce qui est nécessaire.

]]> Fri, 13 Oct 2017 15:28:29 GMThttp://www.couperin.org/breves/1318-couperin-les-associations-des-professionnels-de-l-ist-les-conferences-et-de-nombreux-etablissements-de-l-esr-soutiennent-les-mises-en-garde-de-sparc-sur-la-reforme-de-la-directive-sur-le-droit-d-auteur-dans-le-marche-numeriqueCongrès SELL 2017 à Faro http://www.couperin.org/186-couperin/presentation3/notre-organisation/projets-europeens/sell/1317-congres-sell-2017-a-faro Programme du 17e meeting SELL, Faro, Portugal

http://www.heal-link.gr/SELL/17-meeting/

]]>
Tue, 03 Oct 2017 13:28:30 GMThttp://www.couperin.org/186-couperin/presentation3/notre-organisation/projets-europeens/sell/1317-congres-sell-2017-a-faro
Les Ministres de la Recherche du G7 : « l'évaluation des chercheurs devrait mieux récompenser leurs activités en faveur de l’Open Science » http://www.couperin.org/breves/1316-les-ministres-de-la-recherche-du-g7-l-evaluation-des-chercheurs-devrait-mieux-recompenser-leurs-activites-en-faveur-de-l-open-science Les ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche des pays du G7 (ou leurs représentants) ont discuté à Turin, les 27 et 28 septembre 2017, des enjeux de la révolution technologique en marche en terme de formation, de liens entre la science et la société, de nouveaux mécanismes de financement de la recherche et de science ouverte et publié une Déclaration.

La France était représentée par Alain Beretz, Directeur général pour la Recherche et l’Innovation du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Le point 19 met l’accent sur les changements à mettre en œuvre pour favoriser les pratiques open access : « Nous pensons qu'une approche internationale aidera à accélérer et apportera de la cohérence à cette transition, et qu'elle devrait cibler en particulier deux aspects. Premièrement, les incitations à l'ouverture des écosystèmes de recherche : l'évaluation des carrières des chercheurs devrait mieux reconnaître et récompenser leurs activités en faveur de l’Open Science. Deuxièmement, les infrastructures pour une utilisation optimale des données de la recherche : tous les chercheurs devraient pouvoir déposer, accéder et analyser les données scientifiques de façon interdisciplinaire et au niveau mondial et les données de la recherche devraient respecter les principes FAIR : être disponibles, accessibles, interopérables et réutilisables. »

Le groupe de travail sur la science ouverte est appelé à collecter dans les différents états les bonnes pratiques en matière de sciences ouvertes, y compris les indicateurs pertinents pour mesurer la science ouverte et les infrastructures et normes pour une utilisation optimale des résultats de la recherche.

Source : http://www.g7italy.it/sites/default/files/documents/G7%20Science%20Communiqu%C3%A9_1.pdf

]]>
Fri, 13 Oct 2017 15:29:06 GMThttp://www.couperin.org/breves/1316-les-ministres-de-la-recherche-du-g7-l-evaluation-des-chercheurs-devrait-mieux-recompenser-leurs-activites-en-faveur-de-l-open-science
L''EUA émet des recommandations pour atteindre un accès ouvert intégral aux résultats de la recherche en 2020 http://www.couperin.org/breves/1314-l-eua-emet-des-recommandations-pour-atteindre-un-acces-ouvert-integral-aux-resultats-de-la-recherche-en-2020 L''EUA émet des recommandations aux conférences et présidents d'université pour atteindre un accès ouvert intégral aux résultats de la recherche en 2020.

http://www.eua.be/Libraries/publications-homepage-list/towards-full-open-access-in-2020-aims-and-recommendations-for-university-leaders-and-national-rectors-conferences.pdf

]]>
Thu, 06 Jul 2017 11:43:42 GMThttp://www.couperin.org/breves/1314-l-eua-emet-des-recommandations-pour-atteindre-un-acces-ouvert-integral-aux-resultats-de-la-recherche-en-2020
Appel au Boycott d'Elsevier en Finlande : "No Deal No Review". http://www.couperin.org/appel-au-boycott-d-elsevier-en-finlande-no-deal-no-review Alors que l'impasse dans les négociations en cours entre les universités allemandes et Elsevier se poursuit, une situation similaire se profile en Finlande. À moins qu'un « accord équitable » soit atteint d'ici la fin de l'année, le Consortium des bibliothèques de Finlande (FinELib) a indiqué qu'elle ne renouvellera pas ses abonnements avec Elsevier. Un mouvement soutenu par près de 3000 chercheurs finlandais qui ont d’ores et déjà signé une pétition demandant « un prix correct» (fair pricing) et un accès ouvert étendu dans le cadre de ces négociations.

Vendredi dernier, un groupe de chercheurs finlandais a lancé un boycott de Elsevier appelé "No Deal No Review."  (Pas d’accord, Pas d’évaluation par les pairs). Ils se sont engagés à ne pas évaluer d’articles ou effectuer des tâches éditoriales pour l'éditeur commercial, jusqu'à ce qu'un « accord équitable » soit trouvé.

Source : http://www.nodealnoreview.org/2017/06/15/no-deal-no-review/

]]>
Mon, 26 Jun 2017 09:33:02 GMThttp://www.couperin.org/appel-au-boycott-d-elsevier-en-finlande-no-deal-no-review
L'enquête ebooks 2017 est ouverte http://www.couperin.org/l-enquete-ebooks-2017-est-ouverte Une longue période s'est écoulée depuis la dernière enquête menée par Couperin sur les livres électroniques, une nouvelle enquête ebooks 2017 est mise en ligne :

https://fr.surveymonkey.com/r/couperin_ebooks2017

L'offre de livres électroniques s'accroit et se diversifie. Cette enquête a pour but de faire le point sur leur présence dans les bibliothèques d'enseignement supérieur et de recherche. Elle permettra à Couperin d'affiner le périmètre de ses négociations et aux collègues plus généralement d'avoir une vision globale de l'existant.Une trentaine de minutes suffisent pour répondre à l'enquête, une fois réunies les informations nécessaires aux réponses. La version PDF envoyée dans ce mail peut vous aider à les préparer.

Nous vous remercions de renseigner l’enquête pour le 15 juin au plus tard.

Merci de votre particpation.

]]>
Tue, 09 May 2017 09:04:49 GMThttp://www.couperin.org/l-enquete-ebooks-2017-est-ouverte
Typologie des offres e-books 2017 http://www.couperin.org/262-couperin/nos-activites/services-et-prospective/ebook/typologie-des-offres/1305-typologie-des-offres-e-books-2017 Ebooks négociés Couperin 2017 : panorama

 

Ce panorama a pour objectif d’accompagner le comparateur des offres d’ebooks disponibles sur le site de Couperin.org.

 

Il n’a pas vocation à détailler l’ensemble des offres d’ebooks négociées car les informations les plus précises sont disponibles dans le comparateur ou dans les pages consacrées à chaque négociation d’ebooks.

 

En revanche, la cellule ebooks souhaite faire ici un état des lieux des offres d’ebooks à destination d’un public universitaire en 2017 et des différentes questions que les professionnels de la documentation peuvent se poser sur cet environnement éditorial.

 

Pour toute question ou commentaire sur ces sujets, vous pouvez vous adresser à la cellule ebooks : ceb@listes.couperin.org



Les modèles économiques    1

Les offres non négociées Couperin.org en 2017    2

Bilan financier national selon les données ERE 2016    3

Le Prêt Numérique en Bibliothèque - PNB    5

Point sur les achats nationaux    6

La libération d’ouvrages    7



Les modèles économiques

Les modèles traditionnels restent l’abonnement et l’achat.

 

  • Les abonnements : ils se souscrivent à l’année par collection/ thématique définis par le fournisseur.

  • L’achat de bouquet et/ou titre à titre : toutes les plateformes d’éditeurs proposent désormais l’achat titre à titre, à l’exception de Springer.

 

 

Modèles dirigés :

 

  • EBA / EBS / EBM (Evidence Based Acquisition / Evidence Based Selection / Evidence Based Management) = Consiste en l’ouverture de tout ou partie du catalogue pendant plusieurs mois puis étude des statistiques d’usage et achat des ebooks les plus consultés (mise de départ avec un montant minimum généralement prévu par l’éditeur).

  • DDA / PDA (Demand Driven Acquisition / Patron Driven Acquisition) = Permet de fournir un accès à tout ou partie du catalogue et de ne payer que les titres sollicités par les usagers (copie, impression, téléchargement).

Quand les titres sont sollicités par des actions des usagers, la bibliothèque a le choix entre les acheter (accès perpétuel) ou profiter de prêts courte durée.

L’un et l’autre peuvent être soumis à une médiation ou non. Un achat ou un prêt soumis à médiation fait référence au cas où le bibliothécaire contrôle la requête d’un usager pour un document et choisit de l’acheter et/ou de le louer - ou pas.

Grâce aux profils, la bibliothèque peut déterminer quels ebooks sont mis à disposition des usagers en utilisant des critères d’inclusion ou d’exclusion tels que le sujet, l’éditeur, la date de publication, l’auteur, le prix, entre autres. Les profils aident à restreindre le choix aux ebooks qui s’insèrent dans la collection de la bibliothèque et peuvent être affinés à tout moment.

Les modèles dirigés varient selon qu’il s’agit d’un éditeur ou d’un agrégateur. Dans le premier cas, seront proposés des modèles EBA / EBS / EBM ; dans le second, les modèles DDA / PDA seront proposés.

 

La contrainte essentielle dans le cas d’un modèle basé sur les usages est la communication En effet, il est difficile d’attirer l’attention sur les collections spécifiques qui sont mises à disposition. Les éditeurs peuvent proposer des affiches de promotion ainsi que des mails de communication à diffuser sur des listes de diffusion.

 

D’une façon générale, pour les deux modèles, la contrainte du coût est à prendre en compte : plus la mise de départ est importante et plus il y aura d’ebooks mis à disposition des usagers.  

 

Les offres non négociées Couperin.org en 2017

 

Sur les 29 offres d’ebooks (données comparateur 2017), 6 offres n’ont pu être négociées pour 2017. Nous donnons ci-dessous quelques explications pour certaines d’entre-elles.

 

Cambridge University Press

L’offre d’ebooks chez CUP n’est plus négociée depuis 2016 (pas de nouvelle négociation relancée pour 2017). Lors de la dernière négociation avec cet éditeur en 2015, les réductions consenties par l’éditeur étaient insuffisantes pour justifier le maintien d’une offre labellisée Couperin. A noter qu’aucun établissement en 2015 n’avait atteint le montant requis pour obtenir une réduction.

 

De Gruyter

L’offre d’ebooks pour De Gruyter en 2017 était conditionnée à la finalisation de la négociation de l’offre des revues. La négociation concernant les revues n’a pu aboutir : différence de traitement par type d’établissement, seuil minimal requis d’établissements sur les abonnements aux grands bouquets, clauses de restrictions sur les accès distants pour les grands établissements, tarif global en augmentation par rapport à 2016 pour un ajout minime de titres.

 

Elsevier EBS

Il y avait peu de clients pour cette offre les années précédentes et Elsevier n’a pas pris contact avec les négociateurs pour 2018.

 

Groupement de commande Cyberlibris

L'idée d'un groupement de commande pour l'abonnement à Cyberlibris n'a pas été validée pour 2017. Elle reste à l'étude pour 2018. A cette fin, un groupe de travail mixte (Couperin / Cyberlibris) va être mis en place afin d’établir des préconisations d’amélioration technique et un calendrier de mise en oeuvre.

InteLex Past Masters

Coperin.org envisage de reprendre une négociation pour 2018.

Bilan financier national selon les données ERE 2016

On relève une centaine d’offres d’ebooks dans les données ERE 2016 qui ont généré en moyenne plus de 1 040 contrats. Cette proportion est légèrement inférieur à celles des revues et des bases de données et cache de grande disparité : la médiane du nombre d’abonnement n’est que de 4 établissements clients. Seules 16 ressources ont plus de 20 établissements clients (OUP, Elsevier, Dalloz, OpenEdition, eVidal, Wiley, Cyberlibris, Springer, Dawsonera, Le Robert, Encyclopedia universalis, ENI, Cairn, Numérique Premium). Par ailleurs de nombreuses bibliothèques restent clientes de fournisseurs comme Numilog, mais sans générer de CA significatifs : il s’agit en ce cas des frais d’entretien de collections anciennes.

 

Mis au regard du CA global Couperin, ces 1044 “contrats de livre électronique” représentent désormais 6% des dépenses des établissements.

 

 

Le chiffre d’affaires généré par les membres de Couperin est d’un peu moins de 6 M€ en 2016 (à mettre en rapport avec les 67 395 K€ générés par les offres de revues). Le livre électronique reste donc un support périphérique, mais en croissance. En analysant ce CA par type de modèle d’acquisition on constate le poids des dépenses d’abonnements :

  • l’abonnement, qui correspond souvent à des achats de packages, représente 5 047 K€

  • l’achat pérenne, qui correspond souvent à des achats titres à titres, représente 920 K€

  • à noter, les access fees tendent à disparaître, après avoir atteint jusqu’à 5% des dépenses

 

Très logiquement, les fournisseurs les plus importants sur le marché sont alors ceux proposant une offre en abonnement, tant en CA qu’en nombre d’établissements abonnés : Cyberlibris, Cairn. Contrairement aux idées reçues, les membres de Couperin ne privilégient pas la conservation. Cette donnée laisse penser que le livre électronique fonctionne quand sa gestion est proche des offres de revues.

Pour ce qui concerne l’achat pérenne, Cairn et Dawsonera sont les fournisseurs les plus importants, à égalité avec les offres des éditeurs (Springer, Elsevier).

Un point mérite d’être souligné concernant les achats pérenne : les très fortes variations de CA dégagé rapporté au nombre d’établissement. En moyenne, un établissement n’engage que 988 € : ce chiffre s’explique par le nombre d’établissement ayant acheté des ouvrages pour un CA global en définitive modeste. Toutefois, pour les grands éditeurs scientifiques, le gain par établissement peut atteindre 20 000€. Cette marge est nettement plus faible pour les agrégateurs. Le CA dégagé par ces derniers s’explique avant tout par un plus grand nombre d’établissements acquéreurs (plus de 80 établissements pour CAIRN).

 

Ci-dessous, le rapport dépenses d’abonnement / achats pérenne

Le Prêt Numérique en Bibliothèque - PNB

La CeB a publié un communiqué indiquant que « les conditions pour une expérimentation en BU sont réunies ». Pour mémoire, Couperin avait dans un premier temps signalé que les modèles économiques de PNB ne répondaient pas aux besoins de la communauté de recherche.

Après plusieurs rencontres avec les principaux éditeurs, ces derniers ont indiqué que les modèles économiques n'évolueront que si des retours étaient réalisés par des établissements.  Parallèlement, plusieurs changements sont intervenus en 2015 et ont fait évoluer la perception de l’offre : intégration d’Hachette, refonte du modèle de gouvernance de PNB, retours positifs des bibliothèques de lecture publique.

L’objectif de ce communiqué est de faciliter la prise de contact entre établissement et PNB, pour permettre une intégration des bibliothèques académiques dans un dispositif regroupant la quasi-totalité des éditeurs français.

Le communiqué réaffirme des réserves concernant le modèle économique, la gouvernance et les choix techniques. En particulier, le modèle du jeton appliqué systématiquement à tous les ouvrages, quel que soit le segment éditorial (essai, roman…) ne correspond pas aux besoins des bibliothèques universitaires.  Il appartient désormais aux membres de Couperin de s’emparer de cet outil ou non ; la Ceb, de son côté, prend contact avec les fournisseurs de SIGB en BU pour évaluer le coût de développement et d'implémentation de la brique "PNB".

Point sur les achats nationaux

Une évolution importante pour le marché de livres électroniques est l’émergence d’acquisitions dans le cadre de projets nationaux, soutenus  par les pouvoirs publics (Collex, Istex).

Les établissements membres ont pour l’instant des difficultés à réunir l’information sur le périmètre exact des collections acquises et leurs modes de disposition : dans le doute, cela pourrait conduire à un gel des achats en 2017 par crainte de création de doublons. En effet ces achats portent en grande partie sur les collections des grands éditeurs scientifiques (Wiley, Palgrave, Taylor&Francis, RSC…). Ces projets visant avant tout l’acquisition de documentation pérenne, les porteurs de projet se retournent naturellement vers le livre électronique qui est le support où l’achat de conservation est le plus répandu. Par ailleurs, ce mode d’acquisition sur projet correspond mieux au livre électronique qu’aux collections de revues dont la mise à jour n’est pas assurée.

 

Collex Ebooks Elsevier-Masson et Wiley

Dans le cadre du complément de subvention ministérielle du Collex 2016, 2 négociations ont été menées (par la BIU Santé) avec les éditeurs Wiley et Elsevier-Masson.

 

  • L’offre Elsevier-Masson : acquisition pérenne de 116 ebooks francophones (63 édités en 2015 et 53 en 2016) dans les domaines des sciences médicales et paramédicales.

  • L’offre Wiley : 912 ebooks anglophones parus entre 2010 et 2016 dans les Sciences de la Vie et de la Santé selon le modèle économique d’acquisition Usage-Based Collection Management (UBCM). Durant une première phase de 6 mois, la totalité des collections thématiques d’e-books Wiley est mise à disposition des utilisateurs autorisés. A l’issue de cette période et après analyse par la bibliothèque des données de consultation, l’établissement choisit les livres à acquérir définitivement à hauteur du montant initial d’acquisition prévue, soit une soixantaine d’ebooks.

Pour ces deux offres, le périmètre a été élargi nationalement à l’ensemble des bibliothèques universitaires (une quarantaine) proposant le domaine de la Santé, auxquelles s’ajoutent l’École des Hautes Études en Santé Publique et l’École Normale Supérieure.

 

Dans les 2 cas, l’accès aux ebooks se fait via la plateforme de l’éditeur. L’identification s’effectue par déclaration d’adresses IP des établissements concernés. L’accès est illimité, de même que le téléchargement et l’impression. Il n’y a pas de DRM.

Il est prévu que les données et métadonnées soient transférées sur une plateforme nationale.

 

La libération d’ouvrages

Projets en cours

Une négociation avec OpenEdition qui, au titre de son partenariat avec Knowledge Unlatched, souhaite développer une offre « Fremium » en France. Le projet vise à libérer les contenus associés (fichiers PDF et EpuB…), dans la continuité de sa politique actuelle de diffusion. OpenEdition a contacté plusieurs éditeurs partenaires et développé un catalogue de livres numériques : sur la base de ce catalogue, un montant sera déterminé. Une fois ce montant atteint la totalité des ouvrages seront disponibles pour l’ensemble de la communauté universitaire.

 

Une négociation en direct avec des éditeurs scientifiques (EDP Sciences, Cambridge, Taylor&Francis). Plusieurs réunions ont été tenues avec ces éditeurs pour présenter le projet et répondre à leurs questions : exclusivité des titres concernés, modalités de sélection des ouvrages, pré-requis techniques (pas de DRMs).

Plusieurs questions se posent néanmoins : faut-il étendre la libération aux seuls membres de Couperin ou viser une libération mondiale en open access ? Pour quelle durée et mode de consultation ? Les coûts ne seront évidemment pas les mêmes.

Il importe de respecter également une certaine égalité de traitement entre les établissements, sachant qu’il est très difficile d’anticiper le soutien des membres de Couperin à ces modèles, dont le contenu peut être hors de leur discipline, et le montant financier pouvant être généré. La réussite de ces projets est ainsi conditionnée par la confection en amont des modèles économiques.

La question du choix de la plateforme d’hébergement et de consultation de ces ebooks est en discussion. Ainsi, EDP Sciences ne dispose pas de plateforme, ce qui nécessiterait un chargement des contenus sur la palteforme ISTEX.

 

Les discussions se poursuivent donc pour chacun des deux prototypes, visant la formalisation d’une offre pour 2017.

Nous avons d’ores et déjà demandé aux éditeurs de nous fournir une liste de titres :

  • Taylor&Francis : 5 titres en Business, Management, Economics ; 5 titres en Finance & Accounting ; 5 titres en Sociology (and Social Policy) ; 5 titres en Psychology & Medicine

  • Cambridge : 5 titres en Droit, 5 titres en Histoire, 5 titres en Sciences Politique & RI ; 5 titres en Médecine

  • EDP Sciences : 20 titres en Physique / Chimie

]]>
Fri, 09 Jun 2017 09:25:08 GMThttp://www.couperin.org/262-couperin/nos-activites/services-et-prospective/ebook/typologie-des-offres/1305-typologie-des-offres-e-books-2017
Partenaires Nationaux http://www.couperin.org/228-couperin/partenaires/partenaires-nationaux/1304-partenaires-nationaux ABES

L'Agence Bibliographique de l'Enseignement Supérieur est un partenaire privilégié de Couperin.

Le président de Couperin, Jean-Pierre Finance est le président du Conseil d'Administration de l'ABES.

Dans le cadre des négociations menées par Couperin, l'ABES assure le portage administratif et financier de plusieurs groupements de commande.

Couperin et l'abes travaillent ensemble pour les négociations du programme ISTEX.

ADBU

L' ADBU (Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation) et Couperin instruisent des dossiers en commun sur les conditions d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique (IST). Les deux associations entretiennent d'étroits rapports avec les instances nationales (ABES et MISTRD) afin de coordonner la politique de l'IST au sein du Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche.

Couperin, l'ADBU et l'AURA ont signé des propositions communes "Pour une politique nationale de l'IST" en 2009.

Ils ont une démarche commune sur la question de la licence nationale.

EPST

La totalité des organismes de recherche sont membres de Couperin depuis que Couperin s'est élargi en 2013. Les établissements publics à caractère scientifique et technique (EPST) ou établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) sont impliqués dans les différentes instances et groupes de travail de Couperin.

GFII

Couperin a formulé sa demande d'adhésion au GFII.

Des établissements membres du consortium participent d'ores et déjà à des groupes de travail du GFII au titre de leur établissement mais Couperin souhaite renforcer ces liens.

La participation de Couperin aux groupes de travail du GFII est déjà active dans

  • l'Open Access (travail sur la plate-forme Sherpa Romeo)
  • la gestion des abonnements (mise à jour du vade-mecum)
  • les E-books : le livre numérique scientifique et professionnel (usages, techniques et modèles économiques)
  • les modèles économiques (Observatoire)

MISTRD

La Mission de l'Information Scientifique et Technique et du Réseau Documentaire accorde une subvention pour l'acquisition de certaines ressources électroniques. La MISTRD délègue à Couperin la missoin de ventiler et de gérer l'attribution de cette subvention aux établissements membres. Actuellement n'en bénéficient que les établissements sous tutelle du Ministère de l'Enseignement Supérieur etde la Recherche.

Par ailleurs, et jusqu'à présent, la MISTRD attribue une subvention aux établissements supports de Couperin que sont l'Université d'Evry Val d'Essonne et l'INP-Toulouse.

IGB

L'Inspection générale des bibliothèques (IGB) est actuellement un service de contrôle et de conseil placé sous l'autorité directe du ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et mis à la disposition du ministre de la culture pour les bibliothèques qui relèvent de sa compétence.

Carole Letrouit, Inspectrice Générale des Bibliothèques, est membre du Conseil d'Administration de Couperin.

]]>
Wed, 02 May 2018 09:04:42 GMThttp://www.couperin.org/228-couperin/partenaires/partenaires-nationaux/1304-partenaires-nationaux